Le Projet

Ce carnet Hypothèses sert à documenter le projet de recherche LICHENS (Liens, Instruments, Coopérations et Création, Handicaps, Écoute, Numérique et Symbioses) soutenu et financé par la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (Appel à Projet de recherche 2023). Ce projet a été sélectionné et présenté au Festival Jean Rouch « Oreille Vive, expériences d’écoute » en 2024.

Résumé

Le projet LICHENS cherche à démontrer l’intérêt de travailler des dynamiques symbiotiques et de développer des liens entre les différents acteurs (musiciens, jardiniers, personnel, etc.) du jardin en mouvement de la MSH Paris Nord. L’objectif est de construire un commun au moyen des attentions portée au jardin. Le projet LICHENS a réuni plusieurs partenaires du paysage et de la musique pour organiser des ateliers de jardinage, des promenades sonores pour des publics variés, des concerts dans le jardin ou avec le jardin comme sujet de composition. À l’intersection du paysage et de la composition musicale, ce projet tente de développer la notion de “faire-jardin” à travers une pratique transdisciplinaire. Le projet LICHENS tente ainsi de construire un écosystème de soin et d’attention au jardin en proposant des médiations pour divers publics au jardin, en les sensibilisant à la diversité du vivant, qui inclut à la fois les acteurs et actrices humains et non humains. Les dispositifs que nous avons construits ont en commun une attention qui passe par l’écoute pour construire une méthodologie d’attention pour le vivant Le cœur du projet consiste en la construction d’ateliers culturels pour les jardiniers en situation de handicap de l’ESAT Vivre Autrement (Bobigny) qui s’occupent de la gestion de ce jardin. Un ESAT (pour Établissement et Service d’Aide par le Travail) est un établissement médico-social de travail protégé qui vise à la réinsertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. Avec les jardiniers nous avons expérimenté une approche transdisciplinaire jardinage/écoute/musique avec des ateliers de jardinage, d’écoute et d’enregistrement au jardin. Dans ce travail, nous souhaitons défendre l’idée de la construction de ce que l’on pourrait appeler une autonomie poétique. À partir du concept d’autonomie (Convention relative aux droits des personnes handicapées, Article 30) nous travaillons le concept d’autonomie poétique comme l’auto-détermination et la liberté d’une personne ou d’un groupe de personnes en situation de handicap à faire des choix esthétiques et à orienter son projet pour l’expression de sa créativité et le développement de sa poétique propre. Nous lions la notion d’autonomie poétique à celle d’inclusion et d’empouvoirement. Le projet étudie comment les expériences et ateliers interdisciplinaires développés au jardin peut enrichir des pratiques de jardinage et de composition musicale. En outre, ce projet étudie la manière dont ces idées peuvent contribuer à développer des méthodologies pour les deux disciplines, en regard des crises environnementales, climatiques et sociales contemporaines.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search